Actualité institutionnelle

Les Grands Jardins, un lieu de Vie.

Soucieux d’offrir un environnement de qualité, le plus proche possible d’un lieu de vie malgré l’importante médicalisation, la résidence a repensé sa décoration en 2018.

Nous proposons aujourd’hui une décoration plus contemporaine, agrémentée de touches orangées pour réchauffer les espaces.

 

Les métiers du Grand Age recrutent !

Les métiers du grand âge font partie des secteurs les plus créateurs d’emplois. Avec le vieillissement de la population, le nombre de personnes en perte d’autonomie va croître dans les prochaines années et les métiers du grand âge vont être
amenés à évoluer. Les besoins sont estimés à près de 350 000 recrutements d’ici 2025. Former
aujourd’hui aux métiers du grand âge, c’est construire un projet de société tourné vers un
avenir où le bien vieillir ne sera plus un vœu mais une réalité.
Parmi les nombreux métiers du grand âge, voici des exemples :
Aide-Soignant (AS)
En tant que professionnel de santé, l’aide-soignant accompagne et réalise des soins
essentiels de la vie quotidienne, adaptés à l’évolution de l’état clinique et visant à identifier
les situations à risque.
Les missions quotidiennes de l’AS :
– accompagner la personne dans les activités de sa vie quotidienne et sociale dans le respect
de son projet de vie ;
– collaborer au projet de soins personnalisés dans son champ de compétences ;
– contribuer à la prévention des risques et au raisonnement clinique interprofessionnel.
Comment devenir aide-soignant ?1
En obtenant le diplôme d’État d’aide-soignant : formation payante de 10 mois alternant
entre cours en institut et stages cliniques. Formation ouverte à partir de 17 ans.
Salaires : environ 1 840 € brut, soit 1 430 € net en début de carrière.

Accompagnant Éducatif et Social (AES)
L’accompagnant éducatif et social réalise des interventions sociales au quotidien visant à
accompagner les personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie, quelles qu’en
soient l’origine ou la nature. Il prend en compte les difficultés rencontrées pour permettre à
la personne aidée d’être actrice de son projet de vie.
Les missions quotidiennes de l’AES :
– identifier le besoin de compensation qui peut
exister et situer la personne dans le maintien et/ou
le développement de son autonomie ;
– repérer les potentialités et favoriser l’autonomie de
la personne ;
– identifier les risques de la vie quotidienne et donner
l’alerte au moment opportun ;
– appliquer les principes d’hygiène et de sécurité en
fonction du contexte d’intervention ;
– soutenir la personne dans son affirmation et son
épanouissement ;
– accompagner la personne dans sa participation aux
activités collectives.
Comment devenir accompagnant éducatif et social ?
En obtenant le diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social qui est une certification de
niveau 3 (niveau BEP-CAP).
Salaires2 : environ 1 800 € brut, soit 1 400 € net en début de carrière.
Aide Médico-Psychologique (AMP)
L’aide médico-psychologique réalise des activités d’aide dans la vie quotidienne auprès de
personnes en situation de handicap ou dépendantes quels que soient leur âge, la nature et
l’origine du besoin d’aide.
Les missions quotidiennes de l’AMP :
– accompagner les personnes tant dans les actes essentiels de la vie quotidienne que dans les
activités de vie sociale et de loisirs ;
– établir une relation attentive et sécurisante pour prévenir et rompre l’isolement des
personnes et essayer d’appréhender leurs besoins et leurs attentes ;
– aider dans les gestes de la vie quotidienne, notamment dans l’alimentation, l’élimination,
l’hygiène et le déplacement ;
– participer au bien-être physique et psychologique de la personne ;
– prévenir la rupture et contribuer à la réactivation du lien social par la lutte contre l’isolement
et le maintien des acquis avec la stimulation des potentialités.
Comment devenir aide médico-psychologique ?3
En obtenant le diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social qui est une certification
de niveau 3 (niveau BEP-CAP).
Salaires3 : environ 1 800 € brut, soit 1 400 € net en début de carrière.

 

Subvention de la CNSA

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé en 2021, avait annoncé en clôture du Ségur de la Santé un vaste plan d’investissement dans les secteurs sanitaire et médico-social.

Ces crédits étaient destinés à financer des dépenses d’investissement, s’orientant vers un objectif de
qualité, telles que notamment :
− La prévention (chute, dénutrition, douleur) avec des équipements de rééducation
(rampes dans les couloirs, barres parallèles pour rééducation à la marche,
électrostimulation…) ;
− L’accompagnement et les soins des résidents (électrocardiogramme, …) ;
− La qualité de vie au travail des professionnels (rails de transferts, motorisation de
chariots…) ;
− Des travaux courants ou de rénovation légère (ravalement, …),
− Des travaux et achats d’équipements améliorant le confort d’été, limitant l’exposition à
la chaleur et privilégiant la ventilation naturelle …
− Des travaux de réduction de la consommation énergétique.
La direction a recueilli l’avis du Conseil de la Vie Sociale  (le 15/9/21) et des personnels .
Les investissements retenus en Assemblée Générale du personnel sont les suivants :
− 2 Verticalisateurs à Montauban,
− Stores contre chaleur aux Albatros et aux Pélicans

− Chaise douche à assistance électrique à Médreac
− Électro cardiogramme à Médréac
− Réfection de la terrasse des Grands Jardins
Les idées remontées mais non retenues car hors budget serviront à enrichir le plan pluriannuel d’investissement de la résidence.

ecg

Ci-dessus, Mme GORON , cadre de santé, et Stéphanie, Infirmière, testent l’électrocardiogramme, fraichement reçu.

Stores fraichement installés aux Albatros

Stores installés aux Albatros le 21 juillet 2022

Stores de toiture installés aux Pélicans le 21 juillet 2021

Stores de toiture installés aux Pélicans le 21 juillet 2022

 

Un Grand Merci à la CNSA.

cnzsa

 

 

 

25Mai/21
th

Médecin du travail

Le poste proposé se déploie sur plusieurs sites géographiques dans un rayon de 40 kms autour de Rennes. Vous disposerez ainsi de différents lieux d’exercices parmi lesquels : Chantepie, St Méen le Grand, Marcillé Robert et Pipriac.Le cœur de métier de nos structures est varié. Nos 19 établissements employeurs interviennent dans le champ du social, du sanitaire et du médico-social

Pour plus d’information, cliquer sur ce lien :

FIche présentation médecine du travail (5)

 

 

La labellisation Humanitude

Créée voici 30 ans, l’Humanitude est une petite révolution dans le monde de la gériatrie, du handicap et du soin.

Inventée par deux anciens professeurs d’éducation physique et sportive, Yves Gineste et Rosette Marescotti, cette méthode propose une autre approche des soins dispensés aux personnes fragilisées.

Le but : les réhabiliter dans leur dignité et améliorer les relations entre patients et soignants. La Labellisation consiste en une évaluation sur site des critères du référentiel par les experts d’Asshumevie dans la pratique courante couplée à une analyse des auto-évaluations annuelles.

Les critères d’évaluation du Label Humanitude sont déclinés dans le référentiel d’évaluation Humanitude en de nombreux points concernant tous les domaines révélateurs de la qualité de vie et des personnes accueillies :le prendre soin ; la vie sociale ; la restauration mais aussi la qualité de vie au travail pour les professionnels.

humanitude_principeIl répond aux 5 principes de l’Humanitude et mesure la capacité de l’établissement à montrer des projets et à modifier son organisation pour répondre au mieux aux attentes des usagers et réaliser le projet d’accompagnement personnalisé.

Engagés dans cette démarche depuis de nombreuses années (Label obtenu en février 2013, renouvelé en 2018), la visite d’évaluation aura lieu la semaine prochaine (semaine 21).

Pour aller plus loin : https://www.lelabelhumanitude.fr/

Mise en place de l’expérimentation  » Astreinte infirmière de nuit « 

Dans le but d’améliorer la qualité et la sécurité des accompagnements la nuit, Mme LE BORGNE a répondu à un appel à candidature de l’Agence régionale de santé (ARS) Bretagne pour l’expérimentation d’une astreinte infirmière mutualisée en EHPAD.

Il s’agit d’un dispositif mutualisé entre 5 EHPAD (+ St Meen + Montfort + EHPAD de Gael). L’objectif est de réduire les hospitalisations en urgence évitables et sécuriser les prises en soins nocturnes.

La résidence Les Grands Jardins/ Les Menhirs est l’établissement porteur recevant les financements et organisant le dispositif.

Débuté début décembre 2020 et prévu pour toute l’année 2021, ce programme est déjà apprécié des équipes soignantes mais également des équipes de direction qui apprécient l’interconnaissance et la coopération.

 

Mme Goron, cadre de santé (à droite), accompagnée par deux infirmières de St Méen volontaires pour participer à l’expérimentation.

Mme Goron, cadre de santé et coordinatrice du projet (à droite), accompagnée par deux infirmières de St Méen-Le-Grand volontaires pour participer à l’expérimentation.